1 - Manipulation des conteneurs

Terminologie et concepts fondamentaux

Deux concepts centraux :

  • Une image : un modèle pour créer un conteneur
  • Un conteneur : l’instance qui tourne sur la machine.

Autres concepts primordiaux :

  • Un volume : un espace virtuel pour gérer le stockage d’un conteneur et le partage entre conteneurs.
  • un registry : un serveur ou stocker des artefacts docker c’est à dire des images versionnées.
  • un orchestrateur : un outil qui gère automatiquement le cycle de vie des conteneurs (création/suppression).

Visualiser l’architecture Docker

Daemon - Client - images - registry


L’écosystème Docker

  • Docker Compose : Un outil pour décrire des applications multiconteneurs.

  • Docker Machine : Un outil pour gérer le déploiement Docker sur plusieurs machines depuis un hôte.

  • Docker Hub : Le service d’hébergement d’images proposé par Docker Inc. (le registry officiel)


L’environnement de développement

  • Docker Engine pour lancer des commandes docker

  • Docker Compose pour lancer des application multiconteneurs

  • Portainer, un GUI Docker

  • VirtualBox pour avoir une VM Linux quand on est sur Windows


Installer Docker sur Windows ou MacOS

Docker est basé sur le noyau Linux :

  • En production il fonctionne nécessairement sur un Linux (virtualisé ou bare metal)
  • Pour développer et déployer, il marche parfaitement sur MacOS et Windows mais avec une méthode de virtualisation :
    • virtualisation optimisée via un hyperviseur
    • ou virtualisation avec logiciel de virtualisation “classique” comme VMWare ou VirtualBox.

Installer Docker sur Windows

Quatre possibilités :

  • Solution WSL2 :

    • Fonctionne avec Windows Subsystem for Linux : c’est une VM Linux très bien intégrée à Windows

    • Le meilleur des deux mondes ?

    • Workflow similaire à celui d’un serveur Linux

      • Solution WSL2 numéro 1 : on installe Ubuntu et le paquet officiel Docker depuis le terminal WSL2 (recommandé)
      • Solution WSL2 numéro 2 : on utilise Docker Desktop WSL2
    • Les deux ont leurs avantages et leurs inconvénients en terme d’intégration Windows et Linux (réseau, volumes, système de fichiers…)

  • Solution Windows : on utilise Docker Desktop for Windows:

    • Fonctionne avec Hyper-V (l’hyperviseur optimisé de Windows)
    • Casse VirtualBox/VMWare (incompatible avec la virtualisation logicielle)
    • Proche du monde Windows et de PowerShell
  • Solution VirtualBox : on utilise Docker Engine dans une VM Linux

    • Utilise une VM Linux avec VirtualBox
    • Workflow identique à celui d’un serveur Linux
    • Proche de la réalité de l’administration système actuelle
  • Solution legacy : on utilise Docker Toolbox pour configurer Docker avec le driver VirtualBox :

    • Change légèrement le workflow par rapport à la version Linux native
    • Marche sur les “vieux” Windows (sans hyperviseur)
    • Utilise une VM Linux avec bash

Installer Docker sous MacOS

  • Solution standard : on utilise Docker Desktop for MacOS (fonctionne avec la bibliothèque HyperKit qui fait de l’hypervision)
  • Solution Virtualbox / legacy : On utilise une VM Linux

Installer Docker sur Linux

Pas de virtualisation nécessaire car Docker (le Docker Engine) utilise le noyau du système natif.

  • On peut l’installer avec le gestionnaire de paquets de l’OS mais cette version peut être trop ancienne.

  • Sur Ubuntu ou CentOS la méthode conseillée est d’utiliser les paquets fournis dans le dépôt officiel Docker (vous pouvez avoir des surprises avec la version snap d’Ubuntu).


Les images et conteneurs

Les images

Docker possède à la fois un module pour lancer les applications (runtime) et un outil de build d’application.

  • Une image est le résultat d’un build :
    • on peut la voir un peu comme une boîte “modèle” : on peut l’utiliser plusieurs fois comme base de création de containers identiques, similaires ou différents.

Pour lister les images on utilise :

docker images
docker image ls

Les conteneurs

  • Un conteneur est une instance en cours de fonctionnement (“vivante”) d’une image.
    • un conteneur en cours de fonctionnement est un processus (et ses processus enfants) qui tourne dans le Linux hôte (mais qui est isolé de celui-ci)

Commandes Docker

Docker fonctionne avec des sous-commandes et propose de grandes quantités d’options pour chaque commande.

Utilisez --help au maximum après chaque commande, sous-commande ou sous-sous-commandes

docker image --help

Pour vérifier l’état de Docker

  • Les commandes de base pour connaître l’état de Docker sont :
docker info  # affiche plein d'information sur l'engine avec lequel vous êtes en contact
docker ps    # affiche les conteneurs en train de tourner
docker ps -a # affiche  également les conteneurs arrêtés

Créer et lancer un conteneur

  • Un conteneur est une instance en cours de fonctionnement (“vivante”) d’une image.
docker run [-d] [-p port_h:port_c] [-v dossier_h:dossier_c] <image> <commande>

créé et lance le conteneur

  • L’ordre des arguments est important !
  • Un nom est automatiquement généré pour le conteneur à moins de fixer le nom avec --name
  • On peut facilement lancer autant d’instances que nécessaire tant qu’il n’y a pas de collision de nom ou de port.

Options docker run

  • Les options facultatives indiquées ici sont très courantes.
    • -d permet* de lancer le conteneur en mode daemon ou détaché et libérer le terminal
    • -p permet de mapper un port réseau entre l’intérieur et l’extérieur du conteneur, typiquement lorsqu’on veut accéder à l’application depuis l’hôte.
    • -v permet de monter un volume partagé entre l’hôte et le conteneur.
    • --rm (comme remove) permet de supprimer le conteneur dès qu’il s’arrête.
    • -it permet de lancer une commande en mode interactif (un terminal comme bash).
    • -a (ou --attach) permet de se connecter à l’entrée-sortie du processus dans le container.

Commandes Docker

  • Le démarrage d’un conteneur est lié à une commande.

  • Si le conteneur n’a pas de commande, il s’arrête dès qu’il a fini de démarrer

docker run debian # s'arrête tout de suite
  • Pour utiliser une commande on peut simplement l’ajouter à la fin de la commande run.
docker run debian echo 'attendre 10s' && sleep 10 # s'arrête après 10s

Stopper et redémarrer un conteneur

docker run créé un nouveau conteneur à chaque fois.

docker stop <nom_ou_id_conteneur> # ne détruit pas le conteneur
docker start <nom_ou_id_conteneur> # le conteneur a déjà été créé
docker start --attach <nom_ou_id_conteneur> # lance le conteneur et s'attache à la sortie standard

Isolation des conteneurs

  • Les conteneurs sont plus que des processus, ce sont des boîtes isolées grâce aux namespaces et cgroups

  • Depuis l’intérieur d’un conteneur, on a l’impression d’être dans un Linux autonome.

  • Plus précisément, un conteneur est lié à un système de fichiers (avec des dossiers /bin, /etc, /var, des exécutables, des fichiers…), et possède des métadonnées (stockées en json quelque part par Docker)

  • Les utilisateurs Unix à l’intérieur du conteneur ont des UID et GID qui existent classiquement sur l’hôte mais ils peuvent correspondre à un utilisateur Unix sans droits sur l’hôte si on utilise les user namespaces.


Introspection de conteneur

  • La commande docker exec permet d’exécuter une commande à l’intérieur du conteneur s’il est lancé.

  • Une utilisation typique est d’introspecter un conteneur en lançant bash (ou sh).

docker exec -it <conteneur> /bin/bash

Docker Hub : télécharger des images

Une des forces de Docker vient de la distribution d’images :

  • pas besoin de dépendances, on récupère une boîte autonome

  • pas besoin de multiples versions en fonction des OS

Dans ce contexte un élément qui a fait le succès de Docker est le Docker Hub : hub.docker.com

Il s’agit d’un répertoire public et souvent gratuit d’images (officielles ou non) pour des milliers d’applications pré-configurées.


Docker Hub:

  • On peut y chercher et trouver presque n’importe quel logiciel au format d’image Docker.

  • Il suffit pour cela de chercher l’identifiant et la version de l’image désirée.

  • Puis utiliser docker run [<compte>/]<id_image>:<version>

  • La partie compte est le compte de la personne qui a poussé ses images sur le Docker Hub. Les images Docker officielles (ubuntu par exemple) ne sont pas liées à un compte : on peut écrire simplement ubuntu:focal.

  • On peut aussi juste télécharger l’image : docker pull <image>

On peut également y créer un compte gratuit pour pousser et distribuer ses propres images, ou installer son propre serveur de distribution d’images privé ou public, appelé registry.


En résumé